Expériences28 janvier 2022/2

Des éléments du patrimoine en bois ? Vous êtes bien dans le Jura !

Le Jura peut avoir des airs de Norvège mais ne vous méprenez pas, vous ne croiserez pas Ragnar voguant avec son drakkar sur les flots de Vouglans. En revanche, vous pourrez découvrir une église en bois à l’apparence nordique mais qui n’a rien à voir avec nos amis vikings.  

église lavancia Jura

C’est à l’extrémité sud du Jura, à la frontière avec l’Ain dans le village de Lavancia-Epercy que vous découvrirez une curiosité architecturale jurassienne.

En effet, lorsque vous pensez aux églises vous imaginez de la belle pierre ou encore des clochers franc-comtois. L’église de Lavancia-Epercy est l’une des seules de France à être composée de bois.

On vous voit venir « une église en bois ? C’est bien une idée du Jura ». Et bien non, c’est une idée bretonne.

église lavancia Jura

Faisons un peu d’histoire.

Tout a commencé pendant la Seconde Guerre mondiale lorsqu’en 1944 les allemands, pour combattre les maquisards de l’Ain et du Haut-Jura, décident d’incendier plusieurs villages dont celui de Lavancia. Les dégâts sont colossaux mais l’église est malgré tout épargnée.

Le temps de la reconstruction étant revenu, le village est déplacé pour bénéficier d’une situation géographique plus propice. Lavancia fusionne alors avec Rhien et Epercy pour créer la commune de Lavancia-Epercy.

Vous vous dites : « mais quel rapport avec cette église en bois ? »

Il se trouve que le nouveau village ne dispose pas des finances nécessaires pour rebâtir une église. Il faut attendre 1951 et un événement à Lyon pour que notre histoire d’église en bois avance.

Cet événement de 1951 n’est pas la naissance de Jean-Jacques Goldman mais la tenue de l’exposition internationale du bois. En 1951, période de reconstruction, il n’y en a pas que pour le béton et l’acier. L’un des objectifs de cette exposition est de montrer la malléabilité du bois notamment en architecture.

Il y a dans cette exposition tout un village en bois dont la pièce maîtresse est son église. Celle-ci est réalisée par l’établissement J.-F. Chalos & fils de Saint-Brieuc et reçoit une médaille d’or lors de l’événement.

église Lavancia Jura

Mais alors, « comment cette église bretonne exposée à Lyon a bien pu terminer dans le Jura ? ».

Cette fameuse exposition est inaugurée par le ministre de la justice de l’époque, un certain Edgar Faure.

Edgar Faure, en plus d’être ministre, est député du Jura, président du Conseil Général du Jura et maire de Port-Lesney, autant dire qu’il est attaché à ce beau département.

En souvenir de cette belle exposition, il convainc les organisateurs d’offrir l’église au village martyr de Lavancia-Epercy.

Si vous n’avez pas réagi à l’idée de transporter une église de Bretagne à Lyon, peut-être allez vous réagir pour ce dernier voyage, on ne parle pas d’une tiny house tout de même !

Et bien d’une certaine manière c’est comparable. Lors de cette exposition les artisans ont démontré la capacité des structures en bois à se démonter et remonter bien plus facilement que ne le permet l’acier. La reconstruction à Lavancia-Epercy ne va prendre que 3 semaines.

église lavancia Jura

Aujourd’hui, la singularité de cette église en bois est renforcée par les variétés de bois utilisées pour sa construction. Acajou, chêne, cèdre… plus de 17 essences de bois venant du monde entier composent cette église.

C’est en 1952 lors de l’inauguration du nouveau village que le monument devient l’église Saint Georges de Lavancia-Epercy.

 

L’église est née en Bretagne, par inspiration des pays du nord mais le chef d’œuvre architectural sort de l’ombre à Lyon pour briller aujourd’hui dans le Jura grâce à son métissage international.  

 

Pour en savoir plus sur cet édifice vous pouvez lire l’article de Sybille Lacroix dans le numéro 34 de la revue « Livraison de l’histoire et de l’architecture » intitulé « L’église paroissiale de Lavancia-Epercy : un exemple unique d’architecture préfabriquée ».

Vous pouvez également vous rendre sur place pour admirer cet ouvrage unique =)

église
histoire
patrimoine

Par quentin